Les perspectives pour 2021

perspectives 2021

Tout d’abord, quel bilan tirer de 2020 ?

 

Après un début d’année 2020 dans la lignée de fin 2019, les marchés ont connu un fort retournement entre fin février et fin mars du fait des incertitudes liées à la crise sanitaire. La très grande majorité des classes d’actifs, zones géographiques, typologies d’entreprises, secteurs d’activités ont baissé de façon extrêmement forte et rapide, et ce sans distinction.

Devant ces baisses historiques, les différentes banques centrales et états sont intervenus pour mettre fin à cette panique. Leur arme ? Une injection massive et inédite de liquidités. Des centaines de milliers de milliards ont été injectés. Résultat, les marchés ont été rassurés et ont repris leur marche en avant. Mais cela n’a pas profité à tous. Les indices américains, tirés par les valeurs technologiques, et les indices asiatiques dont les valeurs ont été moins affectées par la pandémie, terminent largement en territoire positif.

 Si l’on regarde, par exemple pour l’eurostoxx 50, les performances par secteur (image ci-dessus), nous y voyons de fortes inégalités.


 

Et maintenant, qu’attendre de 2021, plus particulièrement sur les classes d’actifs suivantes ?

 

  • Les fonds en euros : leur rendement décroit structurellement d’année en année pour des raisons que vous connaissez maintenant bien : les anciennes obligations détenues arrivent à leur échéance et les assureurs doivent acheter de nouvelles obligations offrant des taux de rentabilité bien moindrevoire… négatifs. 

  • Les obligations : les obligations d’état n’offrent, pour beaucoup d’entre elles, plus de rendements intéressants. La majorité des maisons de gestion s’accordent à dire que cette classe d’actif n’est aujourd’hui plus à privilégier. Concernant les obligations d’entreprise, le tableau est plus variable. Les obligations « Investments Grade » offrent un rendement faibletandis que celles appartenant à la catégorie « High Yield » proposent des taux plus attractifs. Les gérants doivent trouver le bon équilibre entre rentabilité offerte et prise de risque.

  • L’immobilier : en 2020, cette classe d’actif a été résiliente sous son format SCPI ou SCI. Pour l’année 2021, les perspectives restent bonnes, même s’il faudra être plus sélectifs sur le sous-jacent.

  • Les actions : Les gestionnaires sont assez confiants à ce sujet, compte-tenu du maintien des politiques d’aides massives, la masse de liquidités en circulation et le fait que les obligations continuent à présenter un potentiel de rendement faible. C’est donc a priori l’actif le plus liquide présentant le meilleur potentiel de rendement. Certaines zones ressortent plus que d’autres : l’Asie et notamment la Chine pour profiter du fort rebond de l’économie et de la consommation. Mais encore l’Europe, qui pourrait profiter d’un effet rattrapage. Et enfin, les fonds basés sur des thématiques restent très pertinents de par leurs sous-jacents en croissance structurelle et pour des raisons connues (évolution démographique, raréfaction des ressources, urbanisation et digitalisation).

 

dot
emailEnvoyer à un ami dot imprimerImprimer dot ContactContactez-nous
dot dot dot dot dot



 English version

Nos Cabinets

Cabinet d’Aix-en-Provence :
THESAURUS - 235 rue Louis de Broglie - 13100 Aix-en-Provence
Tél : 04 42 29 77 97

Cabinet de Paris :
29 Rue de Bassano - 75008 Paris
Tél : 01 76 73 29 61

Cabinet de Nancy :
8 rue Alfred Kastler 54320 Maxeville

Cabinet de Chatou :
29 route de Carrières - 78400 Chatou

Cabinet de Lille :
34 Place du Général de Gaulle - 59000 Lille

Cabinet de Lyon :
93 Rue de la Villette - 69003 Lyon

Cabinet de Rueil Malmaison :
38 Rue du Général de Miribel - 92500